Dans le domaine de l’énergie, les initiatives et innovations sont multiples. On cherche notamment à utiliser toutes les surfaces aujourd’hui ‘inutiles’ qui pourraient se transformer en aire productrice d’énergie. On connaît évidemment les toits mais on commence aussi à développer des solutions sur les routes ou les parkings.

La route comme nouvel eldorado

Différentes solutions de route solaire sont actuellement testées dans le monde et  notamment en France avec une quinzaine d’expérimentations. Ces solutions, sur le papier, ont des avantages certains, elles permettent d’utiliser des surfaces qui ne sont ni agricoles, ni esthétiquement belles. Elles peuvent s’adapter sur des routes, des pistes cyclables voire des trottoirs, des parkings ou des cours.

La route solaire peut aussi permetre d’avoir une production locale d’électricité. Un essai vient de démarrer au Japon sur un parking, une surface de 12 m2, ne permettra qu’une production minime mais elle est intéressante pour ce réseau de supermarchés implantés sur l’ensemble du Japon car, en plus de produire de l’énergie verte, elle permet de gagner une autonomie partielle, très utile en cas  d’intempérie majeure qui perturbe le réseau.

Le concept 

La technologie mise en œuvre a nécessité de nombreuses années de recherches mais le concept général est assez simple. Le revêtement est recouvert de dalles avec cellules photovoltaïques sur lesquelles une résine est ajoutée afin de protéger celles-ci des chocs liés aux véhicules. Une dernière couche permet ensuite une bonne adhérence pour les véhicules circulant sur ces dalles. Sous la route, des onduleurs vont transformer l’énergie en électricité qui sera ensuite acheminée vers le réseau ou l’équipement local.

Des variantes existent : la société Solaroad et la canadien Solar Earth technologies envisagent de recharger les voitures électriques par induction et même pour ce dernier de “chauffer” la route pour une meilleure sécurité en cas de gel ou de neige importante.

Ce n’est pas la première fois qu’un prototype est lancé. En France, en 2016, nous avons eu le lancement en grande pompe de l’inauguration de la “route solaire” de Tourouve au Perche en Normadie.  A cette occasion, des chiffres un peu trop enthousiastes avaient circulé sur la capacité de production d’énergie de cet équipement. Le fait même que les cellules soient posées, à plat, au sol réduit leur efficacité.

Toutefois le concept est intéressant et mérite d’étre suivi attentivement. Sur le site normand, la solution Wattways de Colas s’étale sur 1 km et sera donc un réel démonstrateur de la viabilité de cette technologie.

Le cout est il rédhibitoire ?

Le coût de ce kilomètre en Normandie est d’environ 5 Millions d’€. Un autre équipement a été installé à Boulogne-Billancourt afin de chauffer l’eau de la piscine municipale, 100 m2 de route solaire sont installés pour un cout de 300.000 € mais difficile pour l’instant de savoir quelle est la production réelle d’énergie, on parlait fin Juillet d’un peu plus de 2.000kWh depuis l’installation en Février.

Il faut voir avec le temps comment évolue cette production réelle d’électricité afin de chiffrer l’impact lié à la saleté, au nombre de véhicules, à l’ensoleillement et tout simplement au vieillissement. En première approche la rentabilité sera difficile à atteindre. Evidemment le développement et l’amélioration de la solution suite à ces différents prototypes pourraient faire baisser les coûts.

Le cycle de vie

Certains acteurs de la transition énergétique sont très sceptiques et pensent que ces investissements ne sont pas pertinents et seraient mieux utilisés pour des technologies plus éprouvées. De plus, ils pointent le bruit généré par le passage des véhicules sur ces routes ainsi que l’utilisation de colle dans le procédé de pose.

D’apres l’ADEME 1km de voies équipées pourrait assurer l’éclairage d’une ville de 5.000 habitants ce qui n’est pas négligeable mais à ce jour on n’a pas encore d’analyse global du cycle de vie de la dalle. Seules les expérimentations en cours pourront nous dire si cette voie a de l’avenir et constituera une solution pérenne de production d’énergie renouvelable pour les prochaines décennies.